C’est parti pour la saison 2021 !

C’est parti pour la saison 2021!

J’ai adoré la neige qui est tombée au cours des semaines précédentes. Habitant aux Pays-Bas, il faut dire qu’on a été servis cette année. Cela faisait bien longtemps que nous n’avions plus eu de telles quantités et la neige est excellente pour le potager par l’azote qu’elle apporte. Le mois de mars est enfin arrivé, il est donc grand temps de lancer les premiers semis. Beaucoup de jardiniers ont déjà commencé leurs semis de piments et de poivrons, ce que je peux comprendre car ce sont des cultures très longues, surtout sous nos latitudes. Par contre, je trouve que ceux qui ont commencé les semis de fleurs et d’autres légumes frileux s’y sont mis un peu trop vite. A moins de disposer d’une serre, tous ces semis vont vite se retrouver bien à l’étroit sur les appuis de fenêtre et le risque de voir filer tous ces jeunes plants par manque de lumière et excès de chaleur est bien réel. Je préfère attendre encore un peu afin que les conditions soient meilleures. J’ai même retardé mes semis de fèves que je faisais auparavant au mois de février. Cette année, ce sera au mois de mars car rien ne presse. Les sols sont de toute façon encore gorgés d’eau.

Les fèves supportent des températures négatives jusqu’à -8°, elles peuvent donc déjà être semées même si l’hiver n’est pas terminé. Un ami en Belgique a semé ses fèves en octobre, la douceur de l’hiver les a fait atteindre les 40 cm en février. Le coup de froid leur a malheureusement été fatal (-15°C°). Beaucoup sèment tôt afin d’éviter les attaques de pucerons mais en associant de la sarriette ou de l’aneth entre les rangs, il est possible de limiter les dégâts.

J’ai toujours semé des fèves à Ombilic Blanc jusqu’à l’année dernière ou j’ai testé les Leidse hangers. La récolte a été un peu moins abondante vu la taille réduite de mon nouveau potager mais les gousses contenaient bien plus de grains que celles des ombilics blancs. Je vais donc opter à nouveau pour les Leidse hangers cette année.

Les fèves ont beau avoir la réputation de ne pas apprécier la chaleur, les semis sont toujours possibles en avril et même plus tard. J’ai un jour visité une exploitation où ils semaient encore des fèves fin mai pour les récolter au mois d’août. Dommage que je n’aie pas plus de place, j’aurais bien tenté l’expérience.

Lorsque j’aurai récolté les fèves fin juin, j’utiliserai cette parcelle pour semer des choux frisés (kale). L’année dernière, j’y avais mis des laitues et des scaroles.

Les fèves se sèment à 3 cm de profondeur en laissant 25 cm entre chaque plant et 40 cm entre les rangs. Il est conseillé de pincer les sommités fleuries afin de limiter la présence de pucerons. Pour gagner de la place, il est également possible d’associer les cultures de fèves aux cultures de pommes de terre. Il faut alors utiliser des variétés de fèves bien hautes et des pommes de terre tardives. Les fèves apportent de l’azote aux pommes de terre et le feuillage des pommes de terre soutient les tiges de fèves.

La plupart des légumineuses se sèment après le 15 mai car elles ne supportent pas le froid. A part les fèves bien sûr, mais aussi les petits pois qui peuvent se semer maintenant. Je sème la variété Heraut depuis des années. Cette année, je vais les semer d’abord dans des pots de 20 cm de haut et de 28 cm de Ø remplis de terreau que je maintiendrai humide. Je les laisserai à l’intérieur jusqu’à ce qu’ils germent. Je les placerai ensuite à l’extérieur mais à l’abri des souris.

J’ai toujours cru que c’étaient les oiseaux qui s’attaquaient à mes semis de petits pois mais malgré les filets de protection, ces derniers continuaient à disparaitre. Jusqu’au jour où j’ai surpris les chapardeuses.

Cette année, je ne leur laisserai donc pas l’occasion de se régaler. Dès que les plants mesureront 6 cm, je les repiquerai en pleine terre le long d’un grillage qui leur permettra de s’accrocher. Je mets environ 3 plants par trous tous les 10 cm. Une erreur assez fréquente est de semer trop serré, ce qui laisse trop peu de place pour un développement correct des plants.

Auparavant, je semais également d’autres variétés plus tardives comme les Meikoningin, les Serpette verts de Mâlines ou les Marktveroveraar mais, encore une fois, le manque de place m’a obligé à faire un choix.

D’autres semis peuvent déjà être effectués au mois de mars, comme les épinards que l’on peut semer directement en place ou en bacs.

C’est le cas également des choux cabus, qu’ils soient verts, rouges ou pointus. J’apprécie particulièrement ces derniers que je repique alors entre mes haricots à rames. Je plante 4 tuteurs pour faire une genre de tipee et au centre, je repique un chou pointu. Le temps que je récolte le chou, les haricots ne mesurent pas plus d’1 M. Cela permet encore une fois de gagner de la place. Je repique aussi un rang de laitues entre les tuteurs afin d’optimiser l’espace. En ce qui concerne les autres variétés de choux, elles seront repiquées plus tard dans le potager.

Je ne sais pas si vous connaissez les quesses. Il s’agit d’une culture assez méconnue que l’on peut récolter assez rapidement après le semis. Ces feuilles de navet se cuisinent comme les épinards mais on peut également les déguster dans des smoothies.

Si vous avez des enfants et que vous souhaitez les initier au potager, pourquoi ne pas semer des radis? Vous pourrez ensuite les laisser les croquer tels quels ou les incorporer dans une salade composée. Et pour ne rien gaspiller, les feuilles pourront être utilisées dans un potage.

.

Les carottes hâtives se sèment également à partir du mois de mars. Les Amsterdamse bak et les Nantes 2 sont les plus connues. Je cultive chaque année cette dernière ainsi que la Napoli qui produit de longues carottes bien droites et savoureuses.

Une autre de mes cultures préférées au mois de mars, c’est la bette à couper. Je sème 1 graine tous les 10 cm, ce qui me permet de récolter de belles feuilles tout au long de l’année. Avant je semais la variété Lucullus, une bette jaune. L’année dernière, j’ai testé la Bright Lights, un mélange coloré. Bien que très jolie au jardin, je préfère la Lucullus dont les tiges sont plus larges et que je trouve personnellement plus savoureuses.

Il me faudra ensuite encore planter les oignons rouges et jaunes si je veux les récolter cet été.

En ce qui concerne les laitues, mon choix se portera comme d’habitude sur les variétés résistantes au froid comme l’Appia, la Merveille des 4 Saisons, la reine de mai et la Gaardenier.

Je lancerai les semis de tomates début avril à l’intérieur afin de les repiquer en extérieur ou dans la serre dès la mi-mai. Je sais que beaucoup commencent bien avant cela mais comme je manque de place, je préfère attendre un peu. Les tomates se développent de toute façon très rapidement, elles seront prêtes bien à temps.

Comme vous le voyez, il y a déjà bien de quoi faire au jardin au mois de mars. En avril, je complèterai avec les poireaux, les navets, les betteraves et au mois de mai, ce sera au tour des haricots.
Mais nous n’y sommes pas encore. Espérons surtout que la météo soit avec nous au printemps, le reste suivra sans problème. De l’eau, mais pas trop, du soleil en suffisance et de la chaleur mais pas trop non plus. Bref, tout ce que les jardiniers espèrent chaque année. Bons semis à tous et à bientôt. J’espère vous avoir donné envie de commencer. Moi je retourne au jardin, profiter du soleil.

Wim Boers

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.