Semer ses plants à l’intérieur – Démarrer ses plants…une sensation reposante

Semer ses plants à l'intérieur

Semer ses plants à l’intérieur – Démarrer ses plants…une sensation reposante

Bien sûr, rien ne vous empêche d’acheter vos plants tout prêts. C’est facile et les plants sont généralement de bonne qualité (en tout cas dans notre boutique en ligne nous ne proposons que le meilleur). Mais…semer soi-même ses plants en début de saison, quoi de plus magique ? J’adore les observer, suivre leur croissance, répondre à leurs besoins…c’est tellement reposant.

Introduction

Mais pourquoi donc semer à l’intérieur et pas directement en place ? Il arrive que certaines conditions ne permettent pas de semer directement dehors, que ce soit à cause de la météo, de l’étét du sol ou de la durée de croissance de certaines cultures. Il est alors intéressant de faire ses semis à l’intérieur pour leur permettre de prendre un peu d’avance. Bien sûr, cela implique alors parfois des repiquages intermédiaires en pots avant la mise en place définitive mais je vous explique tout cela plus loin.

En attendant, je vous invite à visionner comment j’ai semé mes piments et mes poivrons le 20 décembre 2017 (attention, la vidéo est en Néerlandais)

Pourquoi semer sous abri ou à l’intérieur ?

A cause des intempéries
  • Le sol est détrempé ou gelé et impossible à travailler. Si votre sol est lourd et argileux, gorgé d’eau ou couvert d’une couche de glace au début du printemps, il vaut mieux pratiquer ses semis à l’intérieur.
  • Il fait encore trop froid dehors, les semences mettraient bien trop longtemps à germer. Pour gagner du temps, il est alors recommandé de pratiquer ses semis à l’abri, à l’intérieur sur un appui de fenêtre ou dans une serre chauffante. Exemple : les piments ne parviendront jamais à maturité si on se contente de les semer en place au mois d’avril ou au mois de mai (si les semences n’ont pas pourri avant même de germer)
Mijn zelfgemaakte zaai- en stekgrond
Mon terreau maison (la recette se trouve un peu plus loin dans l’article)
Les semences sont minuscules ou germent difficilement
  • Les semences sont trop petites pour les semer directement en place, elles risqueraient d’être emportées par les intempéries. Exemple : les semences de fleurs comme les Lobelia, de thym ou de choux gagnent à être semées à l’intérieur.
  • Les semences de céleri rave mettent très longtemps à germer, bien plus longtemps que les semences des adventices. Pour éviter que les jeunes plants subissent cette concurrence, il vaut mieux les semer à l’abri.
Un sol trop riche pour permettre un semis en place
  • Le sol est trop riche. Il risquerait de brûler les semences avant même qu’elles aient l’occasion de germer. Les plantules trouvent en effet toute l’énergie nécessaire à leur développement dans la semence même, jusqu’à l’apparition des deux premières vraies feuilles. Il est cependant possible de contourner le problème en apportant un peu de terreau dans le trou ou les rangs de semis. Exemple : je sème mes carottes dans des sillons de 5 cm de profondeur remplis d’un terreau spécial semis, pauvre en matières nutritives.
Semer sous abri permet de gérer son potager de manière optimale
  • Gain de place : semer dans une terrine ou sous une serre chauffante prend peu de place comparé au semis direct. Imaginez-vous semer au mois d’avril un plant de tomates Tiny Tim directement dans un pot de 5 L qui n’ira sur la terrasse que mi-mai. Votre appui de fenêtre se retrouvera bien vite encombré. Semer en plateaux ou en terrine permet d’effectuer plus de semis sur une petite surface.
  • Arrosage :l’arrosage est plus rapide lorsque les plants sont regroupés dans un petit espace. Je place tous mes plateaux, mes pots et mes terrines dans de grands bacs de culture noirs dans lesquels je verse directement l’eau. Les plants absorbent ainsi l’eau par le dessous, ce qui stimule le développement de leurs racines bien plus que ne le ferait un arrosage par le dessus.
Arrosage dans un plateau
  • cela permet d’économiser du terreau. Un jeune plant n’a pas besoin autant de nutriments qu’un plant adulte en pleine terre. Un bloc de coco me permet de faire 70 L de terreau et de remplir +/- 10 plateaux à semis (700 alvéoles donc 700 plants). Ces 70 L me permettent à peine de remplir 40 à 50 pots P9. Ce type de semis me permet donc d’économiser non seulement de la place mais également de la terre.
  • je dispose de plants de réserve en cas de problème : en effet, toutes les semences ne germent pas toujours, même si les semences sont de qualité. Il arrive que certaines semences aient épuisé leurs capacités de germination pour l’une ou l’autre raison (conditions de stockage, péremption, chaleur…). Le fait de semer à l’avance dans des plateaux ou des terrines permet de disposer de plants de réserve. Les plants excédentaires peuvent toujours être échangés ou donnés. Résistez à la tentation de tout repiquer. Inutile de réduire les distances de plantation pour essayer de caser malgré tout tous vos plants, vos récoltes risqueraient d’en pâtir.
  • cela vous laisse le choix : vous aurez ainsi la possibilité de choisir l’emplacement où vous allez repiquer vos plants. Si vous semez directement en place, impossible de semer également de la claytone de Cuba là où vous aurez déjà semé de la roquette. Le semis en terrines vous permet d’alterner facilement les repiquages et de faire des mélanges de cultures plus aisément.
Mes jeunes plants, semés dans un plateau, prennent moins de place

Dans quels contenants semer ?

Les semis peuvent s’effectuer dans différentes sortes de plateaux, de terrines ou de pots. Ci-dessous, je vous donne un aperçu des contenants que j’utilise ainsi que quelques explications à leur sujet …. Chaque jardinier a bien sûr ses préférences.

Un plateau à semis

ou plaque alvéolée ou plateau alvéolé. Ces plateaux sont munis d’alvéoles bien pratiques pour le développement des jeunes plants. On peut y laisser les plants jusqu’à l’apparition de la 2e paire de vraies feuilles, parfois même un peu plus longtemps. Les alvéoles séparent chaque plant et évitent que les racines s’entremêlent. Je n’aime pas démêler les racines des plantes à croissance lente comme les piments, les poivrons et les aubergines car cela entraîne chaque fois un arrêt de leur croissance.

Variétés de plateaux

Il existe des plateaux souples et des plateaux rigides. Les souples sont plus fragiles mais ils sont moins chers. De plus, il est facile de découper le fond des alvéoles pour faciliter l’extraction des jeunes plants. Les plateaux en plastique rigide sont quasiment garantis à vie et peuvent se réutiliser un nombre incalculable de fois. ils coûtent un peu plus cher et il faut utiliser une cuillère pour en extraire les plants. il est possible aussi d’utiliser un gros clou dont vous utiliserez la tête plate pour pousser le plant hors de l’alvéole par le dessous à condition que le terreau ne soit pas trop humide. J’arrête d’arroser mes plateaux 2 ou 3 jours avant le repiquage. Ne laissez pas dessécher totalement le terreau non plus, les plants auraient du mal à reprendre.

Zaai en stekplat 104 gaatjes 3,5 diameter Zaai en stekplaat 77 gaatjes 4 cm diameterZaai en stekplaat 77 gaatjes 4 cm diameter Tray zaai en stek hard plastic 31 x 53 cm 4,5cm diam. 45 gaatjes Zaai en stek tray 104 gaten Zaai en stektray 73 gaten Zaai en stek tray 51 gaten

Arroser les plateaux

Lors du semis, je veille à bien humidifier mon terreau/substrat(voir plus loin : comment semer).  J’humidifie également régulièrement la couche supérieure du substrat à l’aide d’un pulvérisateur. Ainsi, je ne dois quasiment pas arroser avant la germination. Dès que les graines auront germé, les racines vont se frayer un chemin vers le fond du plateau où elles trouveront de l’eau. Afin de stimuler la croissance des racines, je verse l’eau dans des plateaux ou des bacs de culture placés sous mes plateaux alvéolés. Je ne donne jamais plus de 5 mm d’eau au début. Par la suite, lorsque les bacs seront remplis de 24 pots P9 avec des plants de tomates par exemple, je n’hésiterai pas à augmenter les quantités.

Que semer en plateaux ?
Repiquer directement en place ou repiquer en pots?

Je repique la plupart des plants que j’ai semés en plateau dans des pots P7, P9 ou P11.  Surtout au printemps lorsqu’il est trop tôt pour sortir les plants et qu’ils commencent à avoir besoin d’engrais. Si vous détestez repiquer, commencez vos semis un peu plus tard. Vous pourrez alors repiquer directement dans la serre. Si ce n’est pas le cas, il vaut alors mieux repiquer vos plants dans des pots car ils se retrouveraient à l’étroit, ce qui compromettrait une croissance harmonieuse.

Semer directement en pots

Je pratique certains semis directement en pot, principalement des pots P7, P9 ou P11. Le chiffre qui suit la lettre P désigne le diamètre en centimètres des pots. La profondeur des pots peut varier mais elle est généralement plus élevée que le diamètre.

P9 pot
Pots P9
Pourquoi semer directement en pots ?

Je sème directement en pot les plants qui n’apprécient pas le repiquage ou dont les semences sont trop grandes pour les plateaux ainsi que les plants à longues racines. Je le fais également pour les plants que je n’ai pas pu semer directement en place tôt dans la saison à cause du temps (sol gelé ou gorgé d’eau).

Là vous me direz : ‘m’enfin Tom, tes plants vont manquer de nutriments à la longue’. Et vous aurez raison. Un peu plus haut je vous disais que les graines ne doivent pas être semées dans un sol ou un substrat riche mais de préférence dans un substrat pauvre qui aura une meilleure structure. Mais pour éviter que le jeune plant ne meure de faim après l’apparition des 2 premières vraies feuilles, j’ai une astuce toute simple. Je remplis mon pot aux 3/4 de terreau spécial potager qui contient suffisamment de nutriments et je complète le dernier 1/4 avec du terreau spécial semis. La graine se trouvera ainsi dans la couche de terreau spécial semis (pauvre en nutriments) et au fur et à mesure de sa croissance, ses racines puiseront dans la couche de terreau inférieure, plus riche en nutriments.

Que semer directement en pots ?
  • poireaux : je sème les poireaux hâtifs de printemps et les poireaux d’été dans des pots P9
  • Les bulbilles d’oignons, d’échalotes et/ou d’ail lorsque le sol est encore gelé en février/mars et que mes plants commencent à germer.
  • Légumineuses : Pois, mangetout et fèves lorsqu’il fait trop froid ou trop humide trop longtemps. Il n’est certainement pas recommandé de semer directement dans un sol argileux détrempé.
Arroser facilement dans des pots

Dans cet extrait vous verrez comment j’arrose dans les plateaux. (toujours en Néerlandais)

Là aussi je maintiens la couche supérieure humide avant germination à l’aide d’un pulvérisateur.  Lorsque les graines ont germé, je cesse les arrosages par le dessus. Je place les pots dans de grands bacs de culture noirs dans lesquels je verse 5 à 10 mm d’eau. Les trous situés à la base des pots permettront à l’eau de remonter via capillarité et d’atteindre ainsi les racines des plants.

Lorsque la culture en pots dure plus de 4 à 6 semaines (c’est le cas pour les poireaux par exemple) il est utile de disposer d’un engrais universel liquide. Le substrat contient en effet suffisamment de nutriments pour 4 à 6 semaines, au-delà, il faudra complémenter toutes les 2 semaines.

Terrines

Enfin, j’utilise également des terrines pour certains semis. Il s’agit de petits récipients rectangulaires en plastique dont le fond est perforé de petits trous. De nombreux jardiniers récupèrent d’ailleurs les petits bacs du supermarché.

Semis drus

La terrine permet de semer dru. Cela signifie que vous ne semez pas vos graines de façon bien ordonnée et alignée en respectant scrupuleusement les distances de semis. Personnellement, j’utilise très peu cette méthode. il m’arrive de procéder ainsi pour la laitue lorsque je suis pressé.Un peu de terreau, bien humidifier, quelques graines de laitue et couvrir le tout de perlite ou de vermiculite, arroser à l’aide d’un pulvérisateur et en 5 minutes vous aurez semé des centaines de laitues. Il faudra ensuite passer un peu de temps à démêler les racines lors du repiquage, surtout si vous tardez un peu trop. Mais beaucoup de jardiniers procèdent de cette façon.

Terrines
Semis bien ordonnés en terrine

J’ai déjà vu pas mal de photos d’autres jardiniers montrant des terrines avec de belles rangées de choux ou de betteraves rouges bien alignés. Personnellement, je préfère les plateaux car ils me permettent de repiquer plus rapidement sans avoir à démêler les racines.

Comment semer

Remplissez vos plateaux de terreau:
  • Utilisez un terreau de qualité. Il sera crucial pour les débuts et la croissance de vos plants. Le terreau s’achète tout prêt en sacs mais je préfère préparer mon mélange à base de tourbe de coco qui produit un terreau très léger et sans morceaux. Il s’agit d’un résidu du secteur alimentaire que je trouve intéressant à recycler.
  • Dans un bac de culture noir ou un seau, mélangez 2/4 de volume de tourbe de coco, 1/4 de granulés de perlite et 1/4 de terreau de base tamisé. La tourbe de coco apporte une structure excellente pour l’enracinement des jeunes plants, les granulés de perlite conservent l’eau et le terreau apporte un peu de nutriments.
  • J’y ajoute encore 1 g (la  pointe d’1 càc) de sulfate de magnésium par litre de substrat.
  • Mélangez le tout.
  • Ajoutez de l’eau à l’aide d’un arrosoir ou d’un pulvérisateur jusqu’à ce que le mélange soit bien humide. Le substrat est suffisamment humide si un peu d’eau coule entre vos doigts lorsque vous en pressez une poignée.
  • Remplissez vos plateaux, vos pots ou vos terrines du substrat et pressez bien à l’aide de vos mains ou de la base d’autre plateau/pot/terrine. Les contenants doivent être remplis jusqu’à +/- 5 à 10 mm du bord.

Mes semis de tomates en mars 2018 (oui, je sais, encore en Néerlandais):

Le semis:
  • Dans chaque alvéole, placez 1 graine sur le substrat. Vous pouvez également placer plusieurs graines et pincer les plants les plus faibles à la base après germination. Pour certaines cultures, je place plusieurs graines dans une alvéole sans les éclaircir par la suite : la ciboulette qui se repique en botte, toutes les variétés de laitues et de légumes-feuilles à couper (roquette, mizuna, claytone de Cuba…).
  • Remplissez suffisamment d’alvéoles pour disposer de plants de réserve au cas où.
  • Recouvrez ensuite vos graines d’une fine couche de substrat et arrosez à l’aide d’un pulvérisateur.
  • Terminez par une fine couche de perlite, de vermiculite ou de sable grossier. Vaporisez d’eau.
De la plantule au jeune plant:
Que faire avant la germination ?
  • Placez votre plateau dans un endroit humide à une température constante de 20 à 28 °C.  Je place mes piments et aubergines à 28 degrés pour la germination, mes poivrons et mes tomates à 24°C et le reste à 20-22 degrés.  Vérifiez les températures de germination des graines sur les fiches de culture Astucesaupotager.
  • Si vous avez une serre chauffante, réglez la température souhaitée et fermez les orifices de ventilation jusqu’à l’apparition des premières pousses. N’allumez pas encore les lampes de culture sauf si vous avez semé des espèces qui en ont besoin, il faudra alors leur fournir 15h de lumière par jour.
    • Voici la liste des plantes qui ont besoin de lumière pour germer: sarriette, basilic, camomille, persil, marjolaine, origan, pavot, stevia, laitue, chicorée, céleri (toutes les variétés), fraise, tabac, kiwi et carotte.
  • A défaut de serre chauffante, placez vos plants à la chaleur. Une mini serre avec couvercle permettra de conserver un taux d’humidité correct, ou alors couvrez vos pots ou terrines de cellophane. Pour les plantes qui ont besoin de lumière pour germer, je recommande vivement l’achat de lampes de culture. Les Sunblasters T5HO disponibles sur le site sont les meilleures rapport qualité/prix. Les lampes TL de base fonctionnent également mais n’égaleront jamais les T5HO qui produisent une plus forte intensité lumineuse (Lumen) et des ondes lumineuses plus courtes idéales pour un bon développement des plants.
  • Combien coûte une lampe de culture : une lampe de culture Sunblaster T5HO 60 cm 24 watt 6400 Kelvin permet de couvrir  60 x 30 cm de semis.  Les 24 watt consomment (au tarif de 0,30 euro par kW et une durée de 15h/jour : 24 (wattage lamep) x 15 (durée/jour) = 360 W = 0,360 kW.  Multipliez ensuite 0,360 kW par 0,30 (tarif par kW) ce qui revient à 0,108 euro par jour ou +/- 3,24 euro par mois.
Les graines ont germé ! Intervenez !
  • Que faire maintenant ?
    • Vous utilisez une serre chauffante munie de lampes de culture : ouvrez totalement les orifices de ventilation, allumez les lampes 15h/jour et réglez la température du thermostat sur 20-22°C
    • Vous utilisez uniquement des lampes de culture : placez vos plateaux (pour les graines qui ont eu besoin d’obscurité pour germer) sous les lampes à une température de 20 degrés.
    • Vous n’avez pas de serre chauffante ni de lampe de culture : placez vos plateaux, pots ou terrines dans un endroit un peu plus frais (15°C c’est parfait). Un appui de fenêtre dans une pièce orientée au sud est idéale . Ôtez le cellophane ou le couvercle de votre contenant. Si vous placez vos plants au chaud sans lumière suffisante, elles se mettront à filer vers la lumière, produisant des plants malingres. Lumière et chaleur vont de pair.
  • Attention, le substrat aura tendance à se dessécher  plus rapidement. Il faudra donc veiller à maintenir un taux d’humidité suffisant. Arrosez de préférence dans les bacs ou les soucoupes afin que les plants continuent à développer leurs racines en profondeur.
  • Il n’est plus nécessaire de donner de l’engrais à vos plants. Toute la nourriture dont ils ont besoin pour se développer proviendra maintenant de la lumière,. Le manque de lumière fera filer vos plants, d’où l’utilité d’une lampe de culture.

Il ne vous reste plus qu’à attendre que vos plants soient suffisamment développés pour les repiquer ou les replanter en place. Deux terme que je vous expliquerai plus en détails dans les prochains articles ou mails.

Ces infos vous ont plu et vous ont été utiles ? N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires ou de vos remarques à l’adresse mail suivante : tom@moestuinweetjes.com. Vos critiques, conseils ou astuces sont les bienvenus. Vous pouvez également commenter en dessous de cet article.

Chaque achat de semences ou de matériel que vous effectuez dans notre boutique en ligne permet de soutenir le site ainsi que la création de l’a future Appli potager que nombre d’entre vous attendent avec impatience. J’y travaille d’arrache pied pour qu’elle soit disponible en décembre, avant le début de la nouvelle saison au potager.

Ensemble, nous essayons de changer le monde, m² par m²

Je vous souhaite un automne et un hiver agréables et une bonne planification de votre potager pour 2019.

A bientôt, Tom

Ikzelf in mijn moestuin
Dans mon potager

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Elke 2 weken een schop onder je moestuinkont ?

Schrijf je in voor de 100% anti-vergeet moestuin checklist